qui est alpha blondy?

mars 11, 2021 9 rastafarimarket.fr

qui est alpha blondy? - Rastafari Market®

 

Qui est Alpha Blondy?

 

La star ivoirienne Alpha Blondya mérité sa réputation d'"enfant terrible" du reggae africain. Les médias s'en sont donné à cœur joie avec la personnalité volatile du chanteur, sa vie personnelle instable et ses nombreuses dépressions nerveuses. Mais personne ne peut nier que le reggae percutant de Blondy a fait sensation sur la scène musicale ouest-africaine. Alpha Blondy qui a connu la célébrité avec la sortie de son premier album au début des années 80, s'est aujourd'hui constitué un solide public sur la scène musicale européenne.


Naissance et etude

 

Seydou Koné - plus connu des mélomanes sous le nom d' Alpha Blondy- est né à Dimbrokro, en Côte d'Ivoire, le 1er janvier 1953. Le jeune Seydou est élevé par sa grand-mère, Chérie Coco, qui prodigue soins et attention à son petit-fils chéri. Mais cela n'a pas toujours eu les résultats escomptés. En effet, Seydou est renvoyé du collège en 1972 et l'adolescent rebelle est envoyé au Libéria voisin pour terminer ses études dans une école de la capitale, Monrovia. Ce déménagement ouvre de nouveaux horizons au jeune Seydou. La langue officielle du Liberia étant l'anglais, cela signifie également que Seydou fait d'énormes progrès dans la langue qu'il avait commencé à apprendre à l'école en Côte d'Ivoire. Après avoir terminé ses études au Libéria, Seydou était donc parfaitement équipé pour s'installer à New York et poursuivre ses études d'anglais dans la Grosse Pomme.

En plus de perfectionner son anglais à New York, Seydou a commencé à s'intéresser passionnément à la scène musicale. En 1977, Seydou assiste à un concert du légendaire groupe jamaïcain Burning Spear et découvre le monde merveilleux du reggae. Inspiré par les puissants rythmes dub qu'il entend ce soir-là, Seydou commence à chanter dans divers groupes locaux. Mais son ambition principale est d'enregistrer son propre album et de lancer une carrière solo.

Ce rêve a failli se réaliser lorsque Seydou a rencontré le célèbre producteur de disques Clive Hunt et que les deux hommes ont commencé à discuter de la possibilité d'une collaboration commune. Malheureusement, Hunt abandonne le projet à la dernière minute et Seydou Koné se retrouve sans contrat d'enregistrement. Cette déception précoce plonge le jeune Seydou dans une grave dépression et il quitte rapidement New York pour retourner dans sa Côte d'Ivoire natale et s'installer dans la capitale, Abidjan.

Peu après son retour à Abidjan, Seydou fait une dépression nerveuse et passe deux ans dans un hôpital psychiatrique. Heureusement, la musique de Seydou l'aide à traverser cette période de crise personnelle et lorsqu'il sort de l'hôpital, il reprend sa carrière de chanteur.

 

Premier album



Lorsque Seydou a relancé sa carrière de chanteur au début des années 80, il l'a fait sous un nouveau nom de scène, Alpha Blondy(un jeu de mots sur "bandit" - le mot se prononce "bondee" en français). Peu après son retour sur la scène musicale, Seydou/Alpha est découvert par le célèbre producteur de télévision Fulgence Kassy. Impressionné par le talent évident du jeune chanteur, Kassy l'invite à se produire dans son émission "Première chance" - et le reste appartient à l'histoire de la musique !

Après son passage à la télévision nationale, Alpha Blondy réalise rapidement son rêve d'enregistrer un album solo. Le premier album de Alpha Blondy, "Jah Glory", sort en 1983 et connaît un succès retentissant. L'un des titres les plus remarquables de l'album est sans aucun doute "Brigadier Sabari". Cette chanson, chantée dans la langue maternelle de Alpha Blondy , le dioula, est inspirée d'une violente descente de police dont le chanteur a été témoin en Côte d'Ivoire.

Blondy est rapidement devenu une star de la scène musicale d'Abidjan, prouvant que le reggae, longtemps considéré comme un son typiquement jamaïcain, pouvait être réinterprété avec succès dans le style ivoirien. Ses rythmes reggae entraînants font fureur à Abidjan, et les adolescents du centre-ville de la capitale adoptent Blondy comme leur version nationale de Bob Marley. Avec son attitude rebelle, sa personnalité excitante et son énergie nerveuse apparemment inépuisable, Alpha Blondy a certainement eu un impact majeur sur la scène musicale ouest-africaine. Chantant en français et en anglais, mais aussi en baoulé et en dioula, sa langue natale, Alpha Blondy fait aussi parler de lui en Europe.

L'EP quatre titres "Rasta poué" connaît un grand succès en Europe et incite le chanteur à quitter une seconde fois son pays pour tenter sa chance à l'étranger. En 1984, Blondy s'installe à Paris où il signe un contrat avec Pathé-Marconi (EMI). La star ivoirienne enregistre alors son deuxième album, "Cocody Rock", à Paris, puis traverse la Manche pour rejoindre les studios de Londres et superviser le mixage final de l'album. Son statut de Bob Marley de la Côte d'Ivoire est confirmé par l'enregistrement à Kingston de la chanson-titre de son nouvel album avec les Wailers, l'ancien groupe de Marley.



Après la sortie de "Cocody Rock", Blondy se lance dans une tournée trépidante à travers l'Afrique de l'Ouest. Ses spectacles très énergiques remportent un énorme succès. Des centaines de jeunes fans de reggae remplissent les stades de la région pour écouter le principal reggae-man ivoirien.

De retour en Côte d'Ivoire après cette tournée épuisante, Blondy rentre directement en studio pour travailler sur un tout nouvel album intitulé "Apartheid is Nazism". Le troisième album de Blondy, qui sort en 1985, est un hymne militant qui réclame la fin de l'apartheid et la liberté pour tous. "Apartheid is Nazism" contient également des titres dub plus doux, comme "Jésus come back", qui permet à Blondy d'explorer une nouvelle veine mystique.

 

Blondy le mystique



Blondy poursuit sa nouvelle approche mystique sur son quatrième album "Jérusalem", qui sort l'année suivante. Enregistré dans les légendaires studios Tuff Gong en Jamaïque avec l'ancien groupe de Bob Marley, The Wailers, "Jérusalem" met en avant le nouveau message d'unité religieuse de Blondy. Les chansons de ce nouvel album examinent les préceptes de l'islam, du judaïsme et du christianisme, en s'inspirant de la Torah et du Coran, mais aussi de la Bible. La star ivoirienne a également commencé à prêcher sa nouvelle philosophie de l'unité religieuse sur scène. Ainsi, lors d'un concert au Maroc en juillet 86, Alpha Blondya choisi de chanter les paroles en hébreu de la chanson "Jérusalem" devant un public de musulmans. Certains critiques considèrent cela comme un acte de provocation ouverte, mais Blondy se voit comme un homme en mission personnelle pour restaurer l'harmonie religieuse dans le monde !

Au printemps 87, Alpha Blondy et son groupe Solar System entament une grande tournée en France qui débute par une série de concerts au Zénith de Paris (les 6 et 7 mars). Blondy et Solar System se rendent ensuite aux Antilles françaises pour une série de concerts en Martinique et en Guadeloupe. Le roi du reggae ivoirien devait ensuite effectuer une grande tournée européenne, mais celle-ci a dû être annulée à la dernière minute. NRJ, la radio indépendante française chargée d'organiser la tournée européenne de Blondy, a imputé cette annulation au "comportement non professionnel" du chanteur. Le comportement de Blondy à cette époque était pour le moins erratique. Le chanteur faisait souvent attendre ses fans jusqu'à deux heures avant de monter tardivement sur scène.



Devenu une star dans toute l'Afrique de l'Ouest, Blondy expérimente un nouveau style musical. C'est ce que l'on retrouve sur son nouvel album "Révolution", enregistré à Paris en 1987. "Sur le titre "Sweet Fanta Diallo", Blondy adapte violons et violoncelles à son rythme reggae habituel. L'album comprend également un duo de ballades lentes ("Miri") que Alpha Blondy a enregistré avec la légendaire diva ivoirienne Aïcha Koné.

Mais l'un des titres les plus marquants de "Révolution" - du moins en termes de nouveauté ! - Mais l'un des titres les plus remarquables de "Révolution" est "Jah Houphouët parle". Ce titre est exactement ce que son titre décrit : 10 minutes et 37 secondes d'un discours du défunt président ivoirien enregistré sur un vague rythme reggae. Cet hommage à Houphouët-Boigny occupe pratiquement les deux tiers de la première face du nouvel album de Blondy ! Et les critiques n'hésitent pas à attaquer le chanteur pour cela. Mais Alpha Blondy garde son sang-froid et défend son droit à exprimer ses opinions politiques.

L'année 1988 commence mal pour Alpha Blondy : une autre série de concerts à Paris (au Zénith) est annulée. Il s'envole pour les Etats-Unis où il effectue une tournée de deux mois. L'année suivante, Blondy abandonne sa base parisienne et retourne à Abidjan. Le retour de Blondy dans son pays natal provoque un véritable émoi sur la scène musicale ivoirienne. Le leader du reggae-man ivoirien est rentré au pays avec un cadeau : son nouvel album "Les Prophètes". Blondy, qui considérait que sa maison de disques Pathé Marconi négligeait le marché africain, avait décidé de prendre les choses en main et d'assurer lui-même la promotion de son nouvel album. Après avoir écrit, enregistré et produit "The Prophets" tout seul, Blondy a également décidé d'être désormais responsable de son propre management !

A la fin de l'année 89, Alpha Blondy entame une nouvelle tournée avec son groupe Solar System, avec un nombre impressionnant de dates à travers l'Afrique de l'Ouest. Le chanteur commence alors à travailler sur un nouvel album intitulé "SOS guerre tribale". Pourtant, l'album, enregistré dans un simple studio 8 pistes à Abidjan, ne rencontre pas un grand succès commercial en dehors de la Côte d'Ivoire.

 

Blondy fait un retour en force



Mais Alpha Blondy ne tarde pas à retrouver la tête des hit-parades européens. L'enfant terrible du reggae africain est de retour à Paris en décembre 91. Il donne trois concerts très prisés à l'Elysée-Montmartre qui coïncident avec la sortie d'un tout nouvel album intitulé "Masada". Cet excellent nouvel album contient des arrangements de Boncaïna Maïga. Le mixage final a été réalisé par Denis Bovell, connu pour son travail avec le légendaire poète dub Linton Kwesi Johnson. Le nouveau single de Blondy, "Rendez-vous", est un énorme succès. Sans surprise, les ventes de l'album "Masada" explosent et Blondy obtient son premier disque d'or. La carrière du "rastafoulosophe" (le "rasta-philosophe" comme Blondy aime à se décrire) est relancée et ce n'est pas un hasard. Fort de ce succès, Blondy entame une tournée européenne qui se termine par un concert triomphal au Zénith de Paris.

Mais les nerfs fragiles de Blondy sont mis à rude épreuve. Après avoir terminé sa tournée européenne, le reggae star sombre dans une nouvelle dépression. Et au début de l'année 93, Blondy fait une nouvelle dépression qui le conduit à tenter de se suicider.

Heureusement, Blondy s'est rapidement remis de sa dépression nerveuse. La même année, il revient sur le devant de la scène avec un nouvel album intitulé "Dieu". Comme son titre l'indique, cet album est plus mystique que jamais. Accompagné d'un groupe de musiciens de premier ordre, Blondy accélère son rythme reggae rock traditionnel et aborde des thèmes controversés comme "l'avortement est un crime". Le chanteur a également exprimé ses sentiments personnels sur le titre émouvant "Heal Me".

Malheureusement, personne ne semble être en mesure de le faire. Les problèmes mentaux de Alpha Blondy continuent de faire des ravages dans sa vie personnelle, ce qui l'amène à retourner dans un hôpital psychiatrique pour plusieurs autres traitements. Mais à la fin de l'année 94, Blondy est de retour sur le devant de la scène musicale. Le 10 décembre de la même année, il se produit à Abidjan lors d'une fête de la musique organisée pour commémorer le premier anniversaire de la mort du président Houphouët-Boigny. Quelques jours plus tard, Blondy s'envole pour Paris et fait un retour remarqué au Zénith (le 29 décembre).

En 1996, Blondy est de retour dans les charts avec un album compilation "Best of". La même année, le reggae star retourne en studio pour commencer à travailler sur un nouvel album intitulé "Grand Bassam-Zion Rock" (Boncana Maïga le rejoint pour s'occuper des arrangements musicaux). Sorti en juin 96, le nouvel album de Blondy se révèle être un véritable polyglotte : "Grand Bassam-Zion Rock" comporte des chansons enregistrées en arabe, malinké, français, anglais, wolof et ashanti ! Le nouvel album de Blondy - une riche fusion de reggae, de rock et de funk - comprend également une reprise innovante de "Natural Mystic" de Bob Marley.

 

God



En fait, ce single figure sur le nouvel album de Alpha Blondy, "Elohim" (mot hébreu signifiant "Dieu" ou "Je suis la multitude"). L'album est sorti en Afrique à la fin de l'année 99 et est arrivé chez les disquaires français en février 2000. Plusieurs autres titres de l'album sont écrits dans le même esprit de colère, Blondy s'en prenant aux abus politiques, à la corruption et à la pauvreté dans son pays (cf. "Les voleurs de la république", "Dictature", "La queue du diable"). Au début de l'année 2000, alors que la Côte d'Ivoire traverse une crise politique, Blondy commence à jouer un rôle de plus en plus important en prenant part aux débats publics sur l'avenir du pays et en s'exprimant sur plusieurs questions clés.

Ce n'est que deux ans plus tard, en mars 2002, que Blondy sort son prochain album. Intitulé "Merci", ce nouvel opus célèbre les vingt ans de carrière de l'artiste. Lors de la conférence de presse de sortie de l'album qui se tient à Abidjan, en Côte d'Ivoire, le Reggaeman déclare : "Je veux remercier Dieu et tous ceux qui ont contribué un tant soit peu à ma carrière (...) Je veux aussi remercier mes ennemis ! Parce que leurs critiques et leurs mensonges m'ont permis de m'améliorer". (AFP 12/03/02). Toujours aussi politique, l'album comporte deux titres, "Politruc" et "Feu", qui présentent de sérieuses critiques politiques. Il comprend également un pamphlet contre les mines antipersonnel, co-chanté avec Ophélie Winter et intitulé "Qui êtes-vous ?". Le groupe de rap Saïan Supa Crew a collaboré à un autre titre, "Wari".
 

bonus: interview de alpha blondy

 

 


Laisser un commentaire

Les commentaires sont approuvés avant leur publication.

REJOINS NOUS